salle_de_haut_2_350-2

Il se passe visiblement quelque chose à Vallauris ! Anticor 06 et l’ADEGV (Association de défense de l’environnement de Golfe-Juan Vallauris) avaient organisé une conférence-débat sur le thème « Corruption : stop ou encore ? ». Alors que ces deux associations avaient raisonnablement tablé sur une soixantaine de participants, quelle ne fût pas leur surprise de voir arriver plus de 200 personnes ! Le thème retenu a visiblement l’attention des Vallauriens…

Blandine Ackermann, présidente de l’ADEGV, a présenté les participants et salué la présence des élus présents [1]. Elle a ensuite présenté son association qui a pour objet de préserver et d’améliorer le cadre de vie de Vallauris-Golfe Juan.

Jean-Christophe Picard, le responsable d’Anticor 06, a détaillé les difficultés rencontrées pour « faire bouger » les autorités compétentes lorsqu’il signale une malversation ou une irrégularité. Il a également déploré le faible nombre de candidats aux élections législatives, dans les Alpes-Maritimes, à avoir signé la charte éthique proposée par Anticor : seulement 6 sur 96 ! De même, il a vivement regretté que ces quelques signataires aient été si peu soutenus par les électeurs. Or, martèle-t-il, « la lutte contre la corruption commence dans les urnes ! ».

Jean-Noël Falcou a présenté, en détails, la plainte déposée dans l’affaire du Château Robert, dont il est cosignataire. Le clou de sa présentation fût atteint lorsqu’il diffusa un extrait d’un reportage de France 3 Côte d’Azur dans lequel maire de Vallauris affirmait qu’il n’y avait jamais eu d’échanges de lettres entre lui et le prince saoudien… Or, cette correspondance existe bel et bien au point qu'elle fût dévoilée à l'assistance !

Séverine Tessier, fondatrice d’Anticor national et auteure du livre « Corruption, stop ou encore ? », insista sur le « service après-vote ». Pour elle, au regard de la faiblesse des contre-pouvoirs institutionnels, c’est aux citoyens de contrôler l’action des élus. Elle prône, par exemple, la participation obligatoire de citoyens (choisis par tirage au sort) pour contrôler l’attribution des appels d’offres ou des subventions. Elle souhaite également l’inéligibilité à vie des élus condamnés pour malversation et la protection des lanceurs d’alerte.

Les intervenants ont, ensuite, répondu, pendant plus d’une heure, aux nombreuses questions du public, qui tournaient autour de problématiques tant locales et nationales.

Fort du succès de cette conférence-débat, Anticor 06 a annoncé une tournée dans toutes les grandes villes du département.

Note :

[1] Étaient présents les élus suivants : 
- Mme Thérèse Rouaze (divers droite), conseillère municipale d’opposition de Vallauris-Golfe Juan ; 
- Noëlle Mousca (divers droite), conseillère municipale de la majorité de Vallauris-Golfe Juan ; 
- Mme François de Bandt (divers gauche), conseillère municipale d’opposition de Vallauris-Golfe Juan ; 
- Chantal Maimon (PRG), conseillère municipale d’opposition de Mandelieu-La Napoule ; 
- Jean Bourdillon (FG), conseiller municipal d’opposition du Cannet ; 
- Paul de Coninck (EELV), conseiller municipal d’opposition de Mougins ; 
- Marie-Luz Hernandez-Nicaise (EELV), conseillère municipale d’opposition de Nice et conseillère métropolitaine d’opposition de Nice Côte d’Azur.