photoAGanticor

Anticor a tenu son assemblée générale ordinaire, le samedi 2 février 2013, à l’Hôtel de Ville de la mairie du XIIe arrondissement, à Paris.

Les adhérents ont adopté successivement la modification des statuts, le rapport d’activité et le bilan financier pour l’année 2012.

Débat sur les orientations 2013

Un débat a ensuite été ouvert sur les orientations d’Anticor pour l’année 2013…

Catherine Le Guernec, présidente sortante, a jugé insuffisantes les propositions de la commission Jospin : « Nous sommes en droit de réclamer une justice impartiale face aux affaires politico-financières ».

Jean-Pierre Guis, vice-président, a déclaré que « le caractère transpartisan d’Anticor est essentiel » et a souhaité que « les affiliations politiques des adhérents doivent être d’avantage diversifiées ».

Éric Halphen, président d’honneur, a estimé qu’il était injuste d’accuser Anticor de privilégier la sanction : « Anticor a toujours mis l’accent sur la formation des élus et sur le non-cumul des mandats ». Gabrielle Audefroy, responsable nationale des groupes locaux, a ajouté qu’Anticor n’avait pas vocation à dénigrer systématiquement l’activité des élus : « la priorité est de promouvoir la charte éthique et nos propositions ». Séverine Tessier, porte-parole nationale, a précisé que « les plaintes ne sont déposées que lorsqu’elles sont nécessaires ».

Jean-Christophe Picard, administrateur, s’est exprimé sur la question de l’effacement des dettes des pays pauvres : « L’État français a accordé des remises de dettes de plusieurs milliards à certains pays africains… corrompus et riches ! Anticor pourrait prendre l’initiative de demander une commission d’enquête. »

Renouvellement du Conseil d'administration

Les adhérents ont renouvelé les membres du Conseil d’administration. Jean-Christophe Picard a notamment été réélu.

Lire aussi, ailleurs :

- « Nouveaux Bureau et Conseil d'administration d'Ancitor pour 2013-2014 », sur le site d'Anticor