tessierAffluence inhabituelle pour le Café de la démocratie ! La salle mise à disposition par la brasserie Le Félix Faure, à Nice, était, en effet, comble pour le thème de ce mois : « Comment lutter contre la corruption ? »

Jacqueline Hassan a animé le débat, amorcé par Jean-Noël Falcou, membre d’Anticor, Jean-Christophe Picard, responsable d’Anticor 06, et Séverine Tessier, porte-parole d’Anticor national et auteure du livre « Corruption, stop ou encore ? ». On notait également la présence de Mari-Luz Hernandez-Nicaise (EELV), conseillère municipale de Nice et conseillère métropolitaine de Nice Côte d’Azur, et de Francesco Lio, responsable d’Anticor 83.

Jean-Noël Falcou a détaillé la plainte pour détournement de fonds publics qu’il a déposé, contre Christian Estrosi, au motif que ce dernier a utilisé les moyens de l’Assemblée nationale pour faire la promotion de l’Association des Amis de Nicolas Sarkozy.

Jean-Christophe Picard a expliqué comment est organisée la lutte contre la corruption dans les Alpes-Maritimes : « Tout d’abord, Anticor 06 contribue à alimenter la réflexion d’Anticor national ; il faut dire qu’ici, on a toujours été à la pointe en matière de corruption ! Ensuite, nous relayons localement les propositions d’Anticor national, notamment au moment des élections. Enfin, nous saisissons le Préfet ou le Procureur de la République quand nous constatons des irrégularités ou des malversations ; cela représente un travail considérable ! »

Séverine Tessier a insisté sur la nécessité d’instaurer un contrôle citoyen à tous les niveaux : « Il ne suffit plus de déposer un bulletin de vote dans une urne pour changer les choses ! Il faut que les citoyens soient associés en permanence à l’action publique. C’est le pouvoir des citoyens qui peut limiter les autres pouvoirs ! »

Pour le professeur Robert Charvin, « ce sont les inégalités sociales qui favorisent la corruption ».

Certains se sont étonnés que l’on pointe du doigt les corrompus mais pas les corrupteurs : « Pourquoi parle-t-on aussi peu des pots-de-vin versés par certaines grandes entreprises ? »

Plusieurs intervenants ont dénoncé la lenteur et le coût de la justice en la matière.

Le problème des fonds d’indemnisation des victimes a également été évoqué : « avec ce système, tout le monde paye… sauf les coupables ! ».

Les conflits d’intérêt ont été particulièrement critiqués, ainsi que le lobbying : « Au niveau de Union européenne, l’activité des lobbies est officiellement reconnu. Sous prétexte de transparence, on banalise les pratiques d'influence ! », a dénoncé Séverine Tessier.

Prochaine conférence-débat avec Anticor : le mardi 19 février 2013, à 17 h 30, à la brasserie Le Saint-Charles, 803 boulevard des Écureuils, à Mandelieu-La Napoule.