toulet

Continuant sa tournée des villes du département, Anticor 06 a organisé une conférence-débat sur le thème « Corruption, stop ou encore ? », au Cannet, avec Laurent Toulet, référent d'Anticor pour Cannes et Le Cannet, et Jean-Christophe Picard, responsable d’Anticor 06.

La salle de l’hôtel Thomas était pleine. On notait la présence de plusieurs élus :
- Daniel Beroud (divers droite), conseiller municipal d'opposition du Cannet ;
- José Garcia Abia (PS), conseiller municipal d'opposition du Cannet ;
- Jean-Michel Bourdillon (PCF), conseiller municipal d'opposition du Cannet ;
- Chantal Maimon (PRG), conseillère municipale d'opposition de Mandelieu-La Napoule ;
- Pascal Torreli, conseiller municipal de la majorité de Biot.

Jean-Christophe Picard regrette que la ville du Cannet n'ait pas souhaité prêter une salle municipale pour accueillir cette réunion : « Le Cannet fait partie des villes où, visiblement, l'association Anticor n'est pas la bienvenue ». Il poursuit : « On a longtemps sous-estimé la corruption. Or, nous en sommes tous victimes : des impôts plus élevés, des services publics de moins bonne qualité… sans parler de ceux qui ont été dépouillés ! ». Il rappelle qu'Anticor « n'est pas une association contre les élus mais une association qui a été créée par des élus. Il existe de nombreux élus honnêtes qui prouvent que de bonnes pratiques peuvent être mises en place. Pourquoi ne pas les mettre en œuvre partout ? »

Laurent Toulet raconte son expérience de conseiller municipal du Cannet : « J'ai mis un an pour obtenir l'organigramme des services ! Les comptes-rendus de séance du conseil municipal indiquent "propos inaudibles" à chaque fois que je dis quelque chose qui déplaît au maire ! » Il regrette que les électeurs soient parfois complices d'élus malhonnêtes : « En 1995, Michel Mouillot a été réélu, à Cannes, alors qu'il avait été condamné en première instance, en appel et qu'il s'était pourvu en cassation ! »

Le débat avec la salle va, ensuite, durer plus de deux heures...

José Garcia Abia évoque la situation du personnel du Cannet : « Alors qu’il y a 800 agents, il n’y a aucun syndicat, mis à part un syndicat autonome "maison". Peut-être que les agents ont peur des représailles…. »

Daniel Beroud s'interroge sur le rôle de Philippe Tabarot, le frère du maire, qui exerce les fonctions de conseiller technique, au Cannet : « Dans quel dossier est-il intervenu ? »

Une participante explique qu'un élu corrompu s'appuie sur un réseau : « Nous sommes donc tous responsables ! »