20131030_1_6_1_1_0_obj5072511_1

À l’occasion de son départ pour la Cour des comptes européenne, Danièle Lamarque, présidente de la Chambre régionale des comptes de Provence-Alpes-Côte d’Azur, a prononcé un discours teinté d’une inhabituelle franchise. Extrait :

« Je quitte Marseille avec des sentiments mitigés.

Professionnellement, j’ai eu des responsabilités passionnantes, les enjeux locaux sont ici de premier plan, les personnalités à la hauteur de la diversité de cette région.

Je reste néanmoins très inquiète de la corruption que nous constatons dans de nombreuses collectivités, et qui a pénétré des secteurs entiers. Je me suis attachée, avec notre procureur financier, à développer une relation étroite avec les parquets judiciaires, et à être en phase avec les travaux de la justice, soit en amont, soit en simultané. Ce n’est pas la mission première des chambres de rechercher les infractions pénales, mais ce type d’investigation n’est pas non plus étranger à nos missions, qui nous conduisent à examiner les marchés, les délégations, les opérations d’urbanisme, le recrutement des agents ou le fonctionnement des services publics.

Certes PACA n’est pas la seule région française à souffrir de ce mal, mais il doit être dénoncé et combattu, car il gangrène la gestion publique et il ruine la confiance que les citoyens ont dans leurs élus et dans les affaires publiques en général. Nous en paierons le prix, tôt ou tard. 

Cette région mérite mieux que ces compromissions et ces arrangements. Elle est belle, dynamique, riche de talents, pleine de vitalité. Je n’y ai guère consacré mes loisirs, car le travail à la chambre a pris tout mon temps et toute mon énergie, mais je garde le souvenir de sa beauté, de la générosité de ses habitants, de sa vitalité. Je souhaite à toutes celles et tous ceux qui y vivent et y travaillent de lui donner toutes ses chances. »