ESTROSI

Christian Estrosi vient de présenter quatre des six membres du « Comité d’éthique indépendant relatif à l’exercice des mandats des élus municipaux »…

Tout d’abord, on notera que la composition présentée viole d’ores et déjà la charte éthique que le candidat Estrosi s’était engagée à respecter – sous peine de démission – avant les élections municipales… Ça commence bien ! En effet, il avait promis que ce comité serait « composé à parité de personnalités indépendantes (professionnels du droit…) et d’élus issus des rangs de la majorité et de l’opposition. » Au final, il n’y aura ni élu, ni personnalité par l’opposition. Pour l’instant, les membres ont été nommés directement par le maire lui-même… Il y a mieux comme gage d’indépendance !

On se rappellera également que Marc Concas avait, lors du conseil municipal du 18 avril 2014, très aimablement proposé au maire de nommer un représentant d’Anticor : « Sur les membres qui pourraient composer ce comité d’éthique, je profite de l’occasion qui m’est offerte pour rappeler qu’Anticor, qui est une association nationale bien rompue à la lutte contre la corruption et qui dispose d’une expertise particulière, pourrait peut-être composer ce comité d’éthique à la faveur de la désignation d’un représentant national ou départemental. C’est une proposition que je vous fais. Ces gens ont une réelle expertise et il me semble pertinent de pouvoir l’utiliser. »

Christian Estrosi avait immédiatement refusé cette proposition après s’en être pris nommément à Jean-Christophe Picard, responsable d’Anticor 06. Il lui avait notamment reproché d’avoir, plusieurs fois, « essayé de prendre le maire de Nice en défaut »...

Nous en déduisons que, pour lui, les seuls membres « indépendants » fréquentables sont ceux qui, d’une part, sont choisis par lui et qui, d’autre part, s’engagent à ne jamais le mettre en cause !