anticor400

Anticor a organisé une rencontre sur le thème « Anticor, 12 ans après : bilan et perspectives », à l’Atelier 17, à Nice.

Parmi la quarantaine d’adhérents ou sympathisants présents, on notait la présence de trois élus : Marc Concas, conseiller municipal de Nice et conseiller général des Alpes-Maritimes, Jean-François Parra, conseiller municipal de Mandelieu-La Napoule, et Jean-Noël Falcou, conseiller municipal de Vallauris-Golfe Juan.

Jean-Christophe Picard a, tout d’abord, rendu hommage à Jean-François Knecht [1], cofondateurs, avec lui, d’Anticor 06 : « Jean-François passait des heures à travailler ses dossiers, à traquer les gaspillages et les malversations. Le fait qu’aujourd’hui, deux écoles portent son nom – une à Nice et une au Mali – permet de mesurer combien son action a été appréciée. » En guise de conclusion, l’actuel coréférent d’Anticor 06 martèle : « Douze ans après avoir participé à la création d’Anticor, je n’ai pas changé d’avis : seule l’éthique pourra réhabiliter la Politique ! Je suis éberlué d’entendre toujours les mêmes, élection après élection, nous annoncer qu’ils vont réfléchir afin de trouver comment faire baisser le score du Front National… Cela fait pourtant 12 ans qu’Anticor propose la solution : il faut changer les pratiques et, en cas de blocage, il faut changer les têtes ! »

Séverine Tessier a également rendu hommage à Jean-François Knecht qu’elle a bien connu : « il était, avant l’heure, ce qu’on appelle aujourd’hui un lanceur d’alertes. Cette soirée d’anniversaire permet de mesurer les évolutions auxquelles Anticor doit s’adapter. À présent, beaucoup de citoyens dénoncent des faits de corruption et leur protection doit s’organiser. La fin du mimétisme consistant à reproduire les pratiques de corruption doit cependant pouvoir s’appuyer sur des institutions qui, hélas, ne font pas toujours leur travail. » Pour la présidente d’Anticor, « les conflits d’intérêts structurels doivent être interdits tandis que les autres sources de conflits ponctuels doivent être déclarés et contrôlés. »

Jean-Claude Crolet, le président de l’Association pour la formation en développement humain (ASFODEVH), a présenté l’école « Jean-François Knecht », située dans le village de Sébougou, au Mali : « Inaugurée par l’ambassadeur de France, le 9 décembre 2011, c’est la plus belle école du Mali ! Et nous avons encore de nombreux projets pour elle : agrandir le nombre de classes, la raccorder à l’eau courante… »

Jean-Noël Falcou, coréférent d’Anticor 06, a pris l’exemple de Vallauris-Golfe Juan : « Nos alertes ont été entendues par la population : l'ancienne équipe municipale a ainsi été battue aux élections municipales. La transparence de la vie publique et l'écoute citoyenne progressent, doucement mais sûrement. Il faut croire en notre pouvoir citoyen qui est réel ! »

Me Jérôme Karsenti a évoqué les plaintes d’Anticor, dont celle contre Jacques Chirac : « Anticor a été la seule partie civile dans l’affaire des emplois fictifs de la ville de Paris ! » L’avocat a ensuite dénoncé les « poursuites-bâillon », payées avec l’argent public, qui visent à faire taire les lanceurs d’alertes : « il est anormal qu’une plainte en diffamation aboutisse systématiquement à une mise en examen, forcément un peu infamante ! »

Me Frédéric Bujoli, qui défend, aux côtés d’Anticor 06, de nombreux commerçants spoliés par des mandataires judiciaires indélicats, insiste sur le fait que « même si c’est long, même si c’est compliqué, chacun peut avoir gain de cause devant la Justice ! »

Renaud Marson, le référent d'Anticor pour Menton, souhaite « que le législateur se penche sur la limitation des mandats dans le temps afin d'éviter l'installation de baronnies ! »

Pour Marc Concas, il y a une corrélation géographique évidente entre les affaires de corruption et la montée, voire les victoires, du Front National. Pour lui, « la Politique a besoin d’une nouvelle génération ! »

Après un débat fructueux avec la salle, les participants ont partagé le gâteau d’anniversaire des 12 ans d’Anticor.

Note :

[1] Décédé le 18 avril 2007, Jean-François Knecht a été conseiller municipal de Nice, de 1989 à 1995 et de 2001 à 2007, ainsi que conseiller général des Alpes-Maritimes, de 1998 à 2007 (élu dans le canton Nice 11).

Lire aussi :

- « L'aventure Anticor », sur le blog de Jean-Christophe Picard (15/10/14)