allianz5

Le Parquet national financier vient d'ouvrir une enquête préliminaire sur le partenariat public-privé du grand stade de Nice.
 
Nous nous étonnons du refus du directeur général des services de la ville de Nice « d'évoquer pour l'instant le fond du dossier » au motif qu'il serait « tenu au secret professionnel ». En effet, une telle obligation est inopposable, en l'espèce.
 

Quoi qu’il en soit, nous rappelons qu'Anticor et le Collectif pour un audit citoyen de la dette avaient alerté, dès 2012, les pouvoirs publics sur les risques financiers que présentait cette opération pour la ville de Nice.
 
Nous nous félicitons donc de l’ouverture de cette enquête et allons transmettre nos nombreuses observations au Procureur national financier.
 
Plus globalement, Anticor réitère sa demande de mieux encadrer le recours aux partenariats public-privé, qualifiés de « bombes à retardement » dans le rapport d’information des sénateurs Hugues Portelli (UMP) et Jean-Pierre Sueur (PS) du 17 juillet 2014. Nous souhaitons notamment la mise en place d'un contrôle d'opportunité, réalisé par un organisme public indépendant, qui associerait les citoyens.