aaaaaaaaaaaaaa300

Suite à l’affaire Cahuzac, trois députés issus des Alpes-Maritimes ont communiqué leur déclaration de patrimoine… Disons-le sans ambages : cela ne sert pas à grande chose.

En effet, une déclaration de patrimoine est destinée à détecter tout enrichissement suspect. Elle n’a donc d’intérêt que si elle peut être comparée avec une autre… celle qui sera fournie en fin de mandat, par exemple !

Quoi qu’il en soit, un élu vraiment épris de transparence rendra également public le montant de l’ensemble de ses indemnités de fonctions et détaillera leur utilisation. Il révélera, en plus, les destinataires de son écrêtement (somme qui dépasse le plafond autorisé).

De même, il dévoilera les avantages en nature dont il bénéficie : logement, voiture, matériel, collaborateurs, etc. Enfin, comme en Suède, il rendra public ses différentes notes de frais.

Il prendra la peine de préciser s’il a fait bénéficier un membre de sa famille d’un poste de collaborateur ou d’un emploi public.

Afin de prévenir les conflits d’intérêts, il déclarera ses différentes activités professionnelles et les participations financières qu’il détient.

Pour mieux encadrer l’activité des lobbies, il n’oubliera pas d’indiquer les invitations, déplacements, voyages et cadeaux qu’il a acceptés.

Il convient d’insister sur le fait que toutes ces informations peuvent être spontanément données par un élu, sans attendre qu’une hypothétique loi le lui impose.

La transparence a cela de particulier qu’elle ne coûterait rien… et qu’elle rapporterait beaucoup à la démocratie !

Lire aussi :

- « Juste de l’honnêteté » (tribune d’Éric Halphen), sur le site d’Anticor (09/04/13)

- « Corruption et éthique : ne plus faire semblant », sur le site d’Anticor (09/04/13)