jm190

Christian Estrosi, sans doute inspiré par l’approche des élections municipales, vient d'attribuer à un segment de la Promenade du Paillon le nom de Jacques Médecin, suite à la disparition de l’esplanade du même nom.

Il n’est pas acceptable qu’une municipalité honore ainsi une personnalité condamnée plusieurs fois à des peines de prison (pour ingérence, corruption passive, et recel d’abus de biens sociaux) et déchue de ses droits civiques pendant cinq ans.

Il serait plus judicieux de rendre hommage à Max Cavaglione, conseiller municipal de Nice de 1978 à 2001, qui a permis aux Niçois d’économiser des millions en débusquant les dysfonctionnements et en dénonçant les malversations.

Notes :

[1] Cf. « Bonne nouvelle : l'esplanade Jacques Médecin a disparu ! » (31/10/13).

[2] Cf. « L'éthique au quotidien » (14/02/13).