satde

Suite au rapport très sévère de la Chambre régionale des comptes sur la construction du grand stade de Nice, Christian Estrosi a curieusement rendu hommage à son modèle, Philippe Séguin, un homme qu'il décrit comme « favorable à la doctrine du partenariat public-privé »...

Or, bien au contraire, l'ancien président de la Cour des Comptes fût un des premiers à tirer la sonnette d'alarme sur l'utilisation de ce type de contrat. Dès 2008, il dénonçait ces procédures « qui consistent à aller chercher des tiers financeurs et à bâtir des usines à gaz, en oubliant que celui qui emprunte pour le compte de l'État le fait à un coût plus élevé ». En 2009, il comparait les risques liés aux contrats de partenariat pour les personnes publiques à ceux du crédit revolving pour les particuliers.

Bref, il faut vraiment beaucoup d'imagination pour en conclure que Philippe Séguin soutenait les partenariats public-privé !